3 mars

Beijing.

Encore une rude semaine!

Suis allée deux jours à Pékin que je n’aime décidément pas.

La ville est énorme, poussiéreuse et, défigurée par l’automobile. Une sorte de Los Angeles, la Californie en moins. On ne peut circuler à pied sauf dans les Hutong, ces quartiers typiques de Pékin avec leurs maisons grises serrées comme des pigeons transis sous leurs ailes arrondis. Là, l’échelle est humaine et on comprend que ces enclaves se soient bobo-iser rapidement.

Un cliché : le trafic de Beijing est presque aussi infernal que celui de Mumbai. Il y a peu  de taxis et l’on dépend totalement de la voiture. On ne sait jamais si on mettra 30 minutes ou deux heures pour arriver. Stressant. Hier matin, le directeur de l‘hôtel a dû me conduire après une heure d’attente à un endroit où j’ai pu trouver un taxi plus facilement. Il faut dire que je m’étais gourée d’hôtel et je me suis trouvée au diable vauvert. A ma décharge, l’établissement portait le même nom que celui de la dernière fois – les chinois se copient entre eux – c’est malin ! Est-ce qu’il  y a deux auberges du Cheval Blanc à Paris ?

Cela dit, à Beijing tout me semble à des kilomètres de n’importe où.

Paysages

BeijingSi je regarde les photos que je prends au cours de mes pérégrinations récentes, que vois-je ?

Des usines, des entrepôts, des immeubles, des malls uniformément gris le long d’une longue route festonnée de fils électriques sous un ciel bouché. A Zibo, QingBao, Wuhan, Beijing : la photo d’ensemble est toujours la même. Ci-joint Beijing. La Chine des beaux paysages existe mais elle est loin.

Il faut regarder de plus près pour voir les  détails croustillants de la vie quotidienne. Chaque jour heureusement me donne de quoi m’étonner, et c’est le premier pas vers la jouissance….de l’œil. Mon hypothèse anthropologique cette semaine : les chinois ne se savent pas se situer dans l’espace.

Démonstration:

Ce soir, je suis allée à la pharmacie ou j’ai demandé, et en chinois s’il vous plait, un médicament contre la grippe. La préparatrice en blouse blanche se tenait de mon côté devant le présentoir des médicaments. Il faut se figurer que les médicaments sont présentés sur un étal assez bas sous une protection de verre comme chez un charcutier-traiteur français. La fille a voulu attraper le médicament idoine et au lieu de faire le tour, a plongé sur  le présentoir pour attraper  la boite de médocs. La voilà donc à gigoter comme un vers, ses gambettes battant l’air devant tout le magasin.

A Beijing, je cherchais un endroit où poireauter au chaud en attendant mon rencard J’alpague un pékin pour lui demander de m’indiquer un rade. Le type, plutôt du genre, taciturne mais serviable, m’accompagne et comme nous nous éloignons de 50 mètres de la route principale (voir photo) pour entrer dans la cour d’une petite résidence, il se retourne vers moi et me dit : « est-ce que vous arriverez à retrouver votre chemin ? »

CQFD.

Dans ta face.

Et puis, toujours la rudesse des gens.

Je suis en train de relancer le projet Internet avec des petits jeunots étudiants d’un MBA Shanghaien. Voilà quinze jours qu’ils sont sur le pont et ont décidé de le présenter à un concours du meilleur projet. Depuis, je passe mes dimanches après-midi en leur compagnie.

Voilà qu’un des types de l’équipe écrit ce matin dans son anglais de cuisine que « as the team leader» il a bien réfléchi et qu’il vaut mieux que je ne présente pas le projet, mais que  je peux aider à  servir le café.

“you need not to make presentation during the contest, but you can still give some help of Dumbo, you know Dumbo is the core of this contest, so maybe you can do some logistics work for us,”

Ben voyons ! Après, on te parle de « perdre la face »’ et toutes ces conneries interculturelles. Le respect de l’autre, c’est universel. Et le coup de pied au cul aussi.

Il va falloir apprendre à se situer dans l’espace et savoir où est sa place.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :