9 juin

Déréliction.

Je ne vais pas bien fort. Mais je ne sais même plus très bien comment qualifier cet état. C’est comme si je m’étais  perdue dans un endroit que je ne connaissais pas et qui ne me connaissait pas non plus. Je suis tellement déçue de moi-même, si vide ;  du monde, si inconsistant ; des êtres humains, si absents. Le monde est plat et personne ne répond. Mes dernières illusions sur la réalité du « moi » et le «rapport au monde » s’effilochent. Elles sont usées jusqu’à la trame par le crin d’une déréliction stupéfiante: je n’aurais pas dû m’infliger une telle épreuve mais c’est trop tard.

Pour conjurer la mélancolie, il y a le grand n’importe quoi chinois qui m’épuise et m’amuse.

Les chinois.

Déconvenue. La fille que j’avais recrutée s’est désistée le matin même de sa venue alors que l’on avait signé. Un mois de perdu. Je passe un temps fou à former des stagiaires chinoises qui  s’enfuient à la première difficulté. Mais quand même, j’en ai trouvé deux. A., une jeune russe de 21 ans, forte comme un cheval,  aux yeux clairs merveilleux, dont le caractère plein de fougue et de nostalgie me plait beaucoup (je ne suis pas Polack d’origine pour rien). Elle est très amusante et dit qu’elle est née trop tard pour avoir la « chance » d’une vraie éducation soviétique, alors elle est venue en Chine. Et aussi ceci : à quinze ans, elle portait dreadlocks et piercing sur le visage  mais elle a mûri ! Elle étudie la littérature chinoise qui l’emmerde profondément, ne rêve que de romance et se nourrit de café et de cigarette. Et aussi un petit chinois X., surnommé  Blue sky, qui est le premier garçon de la bande .

La vie de bureau ressemble à une pièce de Labiche. Hier, c’était la femme de ménage de nos voisins qui avait oublié ses clés à l’intérieur et est venue glander au bureau en attendant ses patrons. Avant hier, c’était nos clients (les deux marques de mode Iro -Qua) de Ningbo qui ont débarqué alors que nous étions en plein travail sur leurs collections. Je n’ai pas eu le temps de lever les yeux pour les accueillir  mais ils s’en foutaient royalement et furetaient partout. Puis ils sont partis aussi vite qu’ils étaient arrivés. Ces gens-là n’en font qu’à leur tête et nous, embarrassés de notre politesse, ne pouvons rien face à ces étourneaux piaillards.

Créativité.

Mardi matin, j’ai donné un premier cours de ‘créativité’ à Shanghai Theater Academy.

La directrice de cet institut est une sorte de Mme Verdurin à la chinoise : le grand jeu et le grand bluff.  Le premier cours n’était même pas fini qu’elle a voulu me faire signer une sorte de diplôme pour ses élevés. De guerre lasse, j’ai signé.  Oui, j’ai été lâche et condescendante. Sauf que j’ai signé Toto. Ça lui apprendra à se foutre de ma gueule.

Culture.

Dimanche dernier, massage de pied dans un bouiboui de la rue Hong.  Alors que je m’apprêtais, yeux fermés à gouter un moment de relaxation sans mélange, le patron a mis un film italien: un nanar improbable entre film d’horreur et porno soft racontant l’histoire d’une fille enfermée par accident dans la chambre forte et secrète de sa propre maison (construite par un nazi) et qui voit derrière la glace sans tain son fiancé coucher avec une autre fille, 24 h après sa « disparition ». Le masseur connaissait l’histoire et  me signalait les moments les plus piquants tout en détricotant mes orteils. Mystère de la circulation des « biens culturels, déracinés et recyclés qui créent des associations inédites hilarantes. Ainsi,  les balayeuses de Shanghai portent des manches de chemise siglées Vuitton, et les milliardaires chinois en costume sombre des montres Chopard blanche et rose qu’on verrait plutôt au poignet d’une escort-girl cannoise. J’attends de voir un Tarkovski dans un « bar à ongles » et tout sera achevé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :