7 juillet

Semaine pleine d’empêchements et de tristes soucis.

Noble art.

Pour me changer les idées, j’ai fait une séance de découverte de  l’art de la boxe.  Commençons par les protagonistes se saluant avant le combat

-Kobe

– Jin Zhe

-Where do you come from ?

-France.

-Oh ! so romantic !

-Sure, let’s see that…

Droite, gauche, crochet droit, crochet gauche, uppercut.

Quand on met du punch, ça fait vraiment beaucoup de bruit. Un petit garçon qui accompagnait ses parents au club de sport regardait mes gants de cuir rouge avec des yeux pleins d’adoration. Le ring parle à l’imaginaire. Et pas seulement celui des petits garçons. J’ai eu mal aux mains pendant trois jours à force de cogner et le fantasme est consommé.

Canard laqué.

J’ai reçu du canard laqué comme cadeau (j’aime bien les cadeaux alimentaires. C’est mieux que les diplômes totalement pipeau et les horribles trophées de verre gravé qu’on me donne parfois). Je  l’ai mangé cette semaine en arrachant chaque jour de petits lambeaux. Affreusement gras, très bon, la viande est tellement confite, recuite, plissée et compressée que j’ai l’impression de déguster de la chauve-souris. La sorcière en moi a apprécié.

Mardi soir, je suis allée écouter un groupe venu des steppes de l’ouest de la Chine (Xinjiang). Un chanteur étrangement frisé chantait de l’antique voix diatonique des chamanes.

Mercredi. Une des « yoga freaks » de mon cours de yoga ne cesse de me rapporter de nouveaux bienfaits de cette noble pratique sur l’intelligence, sur la prévention du cancer de la peau et que sais-je encore. Au finish, en cumulant tous les bénéfices, l’immortalité et la perfection seraient à portée de main. Mais est-ce cela que nous voulons ? La perfection à perpète est d’ennui mortel.  Ommmmm….

Poétique d’Aristote

J’ai commencé d’écouter une émission très intéressante sur la Poétique d’Aristote. L’auteure de la thèse dit qu’il n’aurait jamais parlé spécifiquement du théâtre. On doit à l’aristotélisme mal digéré des lecteurs ultérieurs de la Poétique de se cogner du  théâtre dépouillé de sa nature festive. Je dois réécouter attentivement. La pensée grecque est si puissante.

L’air de Shanghai est chaud comme si la bouche  brûlante des enfers était restée ouverte. 38 degrés est un minimum.

Le soir, le ciel explose comme un chancre douloureux et lâche des trombes d’eau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :