14 septembre

Intranquillité.

Retour à Shanghai. La première nuit, je n’ai pas dormi comme souvent, décalage oblige. J’ai lu l’Intranquille de Gérard Garouste. Un orage a éclaté sur Shanghai : la nuit était aussi tourmentée que ce livre sombre et beau. On entendait les à-coups saccadés d’un feu cognant dans le vent. Une allusion à Jean Fautrier m’a beaucoup plus. Il venait chercher son fils dans une pension où le petit Garouste était éduqué à la dure en compagnie de rejetons négligés de diplomates en vadrouille, de bourgeois déchus, de familles décomposées (Mondiano et Ribes y ont fait leur classe). La vieille bagnole de Fautrier, une Citroën, était la seule qui parvenait à se faufiler entre les Roll’s le dimanche quand les parents venaient visiter leurs enfants. Privilège d’artiste. La reconnaissance de la  marginalité de l’artiste fait aussi partie du conformisme bourgeois. Depuis, j’ai lu un autre livre tout aussi beau.

La Une de Libé.

Certes on a connu Libé plus inspirée mais quand même, j’ai été choqué par les réactions violentes que j’ai lu ça ou là pour défendre le plus riche futur évadé fiscal français. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, non ?  Certes, nous pauvres tâches (je parle pour moi) ne comprenons rien à la beauté d’un système financier international l’on mutualise les pertes (en cas de krach boursier) et privatise les gains (touche pas à mon bonus) mais il semble que Mr Arnault n’aille pas en Belgique pour l’amour de la BD, du surréalisme et des moules-frites.

En plus, Mr Arnault a bâti sa fortune sur la promotion du luxe français, c’est-à-dire la transformation par le marketing d’un savoir-faire artisanal. Si quelqu’un a bien « profité » de l’image de marque de la France, c’est bien lui. S’exiler chez les belges est très inélégant. Il doit bien, à mon avis, quelques royalties au patrimoine de ce pays qui l’a si bien servi.

Pingpong theory.

Je viens de faire de nouvelles découvertes sur la perception chinoise de l’espace grâce à un certain G.,  patron d’une entreprise qui fabrique des accessoires de voyage pour la grande distribution dans le monde entier (700 Million de dollars de chiffre d’affaires annuel quand même). Pour m’expliquer son affaire, Il a sorti une feuille de papier A4 qu’il a soigneusement pliée en 4 puis a commencé à tracer des petites cases qu’il a remplies de minuscules schémas et autres patatoïdes figurant de subtiles (et il faut le dire, parfaitement inutiles) distinctions entre les attentes des consommateurs et leurs comportements d’achat de verrous de valise ou de coussins de voyage.

K. et P. mes deux employés chinois souffrent du même syndrome du confinement. L’un rédige des post- It qu’il colle ensuite en rang d’oignon sur son cahier.  L’autre écrit serré dans l’espace entre les cartes de visite agrafées à une feuille de papier. Ils sont chinois. Le flou des frontières invisibles les angoisse. Ils aiment que l’espace soit borné, pas trop vaste, délimité comme ce carré où l’on apprend à écrire les idéogrammes. Voilà surement pourquoi les chinois sont bons au ping-pong. Et aussi  totalement incapables de sortir du cadre imposé.

Le pinpong était jusqu’alors pour moi  une métaphore  du rétrécissement consécutif à la désillusion amoureuse. On croit jouer un match de tennis haletant en 5 sets sur un court en terre battue bien damé puis on se rend compte qu’en fait on est en train de disputer  une partie en 11 points sur une table de pingpong. Avec ce nouveau développement de la pinpong theory, je retrouve les grands espaces (au moins ceux de la pensée).

Le temps a brusquement changé. Froid et pluvieux. Les limaces sont à la fête. Elles s’hydratent la couenne sur la terrasse luisante de pluie. Les gâteaux en forme de lune pleine sont réapparus dans les étals. Ces matefaims à la pâte de haricot rouge ou de noix célèbrent l’équinoxe  d’automne.

Il faut se lester pour descendre vers l’hiver.

Fautrier photo via art06

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :