2 Novembre

1, Route du Ciel.

J’ai passé trois jours à Hong Kong  dans un salon d’OEM  d’ accessoires de mode, ces fameux sous-traitants chinois, garants du « bonheur à bas prix ». L’ambiance était un peu morose.  Avec l’Europe toujours plus désargentée  et l’Amérique toujours plus regardante, ils ne sont pas à la fête. Beaucoup se plaignent : « c’était mieux avant : on nous apportait les dessins à copier et  nous passait des commandes! ». Oui on sait. Avant, même l’avenir était mieux!

Les plus lucides souhaiteraient devenir des ODM, le D (Design) signale ici un stade plus avancé dans la chaine de valeur, comme diraient les consultants de la consultation. Les plus ambitieux voudraient créer des marques. Mais tout cela demande une énergie, un investissement  et une prise de risque qui semblent bien souvent au-dessus leurs forces.

Certains s’y emploient  cependant. Lio, le boss de l’empire textile Chinois dont nous supervisons  les collections (dans ODM, on s’occupe du D) depuis un an nous a lancé outré: « on a été copié ! ». Il y a dans sa plainte, l’ambassade d’une reconnaissance pour notre travail et aussi une certaine fierté. A. est retournée à Zibo pour négocier un plus gros contrat. Espérons !

Les organisateurs du salon avaient cru bien faire en me collant dans un hôtel « de luxe » attenant à l’aéroport  et relié par un train express  au site exposition.  Air climatisé, lumière artificielle, un piano-bar au loin qui engrène des standards sirupeux, tout est réuni pour que je m’étiole comme une plante en pot. Au bout d’une journée sans voir le ciel, n’en pouvant plus, je suis allée courir le long de la Sky road, qui dessert les principaux édifices de l’aéroport de Hong Kong.

Il n’y pas de caravansérails ni d’oasis sur la Route du Ciel. C’est une piste pour chauffeurs livreurs et  passagers pressés ; un de ces territoires « entre-deux » qui offrent un visage sourdement hostile pour ne pas qu’on s’arrête. Aucun arbre pour se protéger du soleil, seules des broussailles pisseuses poussent piquées de bouteilles plastiques que jettent les taxis. Les trottoirs sont étroits, festonnés d’une rambarde coupante en fer blanc qui dissuade le marcheur. La route longe la façade aveugle des immeubles où les souffleries des climatisations expulsent  en jets puissants des odeurs grasses de friture.

Petites présences vivantes, à l’arrière des buildings, des balayeurs en uniforme bleu pervenche ramassent scrupuleusement  quelques papiers épars que personne ne voient jamais voler. J’admire leur conscience professionnelle. Comme eux, les employés du métro et de l’expo accomplissent  des tâches minuscules avec un sérieux résigné. Ici, une femme traque  le moindre confetti. Sur son tee-shirt est écrit: « Keep MTR clean ». Là, une autre se promène dans le salon avec une écritoire, et sur son écharpe en bandoulière est inscrit « Help you to find your supplier ». A les voir, je m’amuse en pensée à  habiller toute l’humanité  de tee-shirts blancs puis à  inscrire leur tâche sur cette terre. Sur mon tee-shirt serait écrit :…  . Bon, on répugne toujours à se réduire à sa plus simple expression. On devrait s’y essayer pourtant.

Brèves

Comme me l’apprend L. avec qui j’ai raconté un rêve étrange que j’avais fait, l’effet hypnotique de l’existence nous fait oublier un plan plus vaste qui est l’espace de la vie même. Je m’avise que je suis trop souvent cette enfant qui rêve, qui se laisse envahir par l’objet de son attention et ne sait pas résister à ce ravissement.

Jour des morts. Je lis ceci chez Matthieu: « Elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser. Puis plus loin, « Femme, te voilà délivrée de ton infirmité. ». Le Christ  est un grand thérapeute.

Hier,  j’ai écrit à Elvis et téléphoné à Johnnie. Certes, l’un est un développeur web et  l’autre agent de voyage à Shanghai, mais c’est toujours sympa dans la même journée de papoter avec feu le Roi du rock  et l’ex Idole des jeunes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :