1 février

Mal vue, mal venue

Suivant je ne sais quel dessein imprudent, je lui ai demandé qu’on se revoit. Je crois que je voulais essayer d’adoucir en moi le reste aigrelet d’une relation que je savais perdue. Pourquoi me donner cette peine? Parce que je pensais encore que nous pourrions être amis et cesser de nous écorcher comme deux duettistes aveugles et nerveux. A ma grande surprise, il a accepté immédiatement le principe du rendez-vous. Après, cela s’est gâté. A vrai dire, ça a été une vraie catastrophe. Il m’enfermait dans le rôle de l’amoureuse éconduite que je ne voulais plus endosser. Plus je tentais de faire entendre une autre voix, plus il jugeait ma posture illusoire et insupportable. On a eu des mots. Mais cette fois, je ne me suis pas soumise à son discours. Il est parti furieux tout bruissant d’imprécations définitives à mon endroit. Son dernier mot. Je suis restée là, sonnée comme un boxeur et le cœur encore battant, j’ai goûté la joie sauvage d’avoir dit ma part de vérité, même si ma voix tremblait un peu.

ben

Deux lecteurs

Depuis quelques mois maintenant, je découvre le plaisir d’être lue. Cela me change de mes  longues années de planque que je n’ai  interrompu qu’au théâtre, protégée par les corps de comédiens qui levaient une ligne de front devant ma timidité et mon orgueil.

P. est un chanteur de rock et un redoutable coureur de fond. Il utilise des bouts de mes textes pour écrire ses chansons. Il me dit que c’était une expérience troublante d’être conduit d’un trait dans l’intimité d’une personne que l’on connait.  Nous avons parlé de cela au stade, trottinant et suant, après d’éreintantes séries de 400 mètres qui nous avaient laissé un goût du sang dans la bouche. J’ai bien aimé le potentiel comique de la situation et cette confidence vêtue d’un short un peu flottant !

Je suis allée rendre visite à D. à qui j’avais donné un recueil de poésie. Son appartement est assez modeste, tout habillé de livres et de gravures et l’on aperçoit la mer au loin, aveuglante comme une loupe au soleil. La conversation filait doux empruntant un chemin puis un autre avec la vivacité insouciante d’un clébard en goguette. Il avait lu attentivement mes poèmes et s’est intéressé, en poète, à comprendre comment je les avais écrits. Il m’a posé des questions que personne ne m’avait jamais demandées. D’où me venait « tölt », mot étrange du second poème? Qu’est-ce que je lisais quand j’écrivais? J’ai répondu à ses questions et lui a répondu aux miennes, sur son enfance à Sainte Maxime (la Librairie Colbert, son père radio électricien, le menu fretin pêché dans le port) et sur ses trente livres de « poévie ». Il était rayonnant  et je me suis dit : bon sang, c’est grand, un homme ouvert !

19(2)

L’innocent plaisir du vélo

Dimanche avant midi, E. m’a fait remarquer un groupe de vieux cyclistes remontant lentement la rue vers Ruba Capeu.  Malgré la chaleur, Ils étaient couverts d’une épaisse couche de tricots datant probablement de la victoire de Bobet au Ventoux en 1955. E. a dit qu’il nous verrait bien ainsi dans quarante ans, gravissant péniblement le faux plat de Magnan, qu’on aurait rebaptisé entre nous Col de l’Ecre (ce col de l’arrière-pays qui nous a tant fait parlé et pas mal sué). Durs de la feuille, ils s’interpellaient en braillant avec un fort accent niçois. En passant à leur hauteur,  E. les as gentiment sommé de baisser d’un ton : « hé, les gars, moins fort ! ».

Après le café, revenant depuis Menton à Nice, j’avais mis étourdiment mon casque à l’envers et j’avais l’air de Goldorak. Mes collègues m’ont attrapé par les poignets et présenté à la foule des passants en victime expiatoire de l’éternel ridicule cycliste.

578636_360139034074507_145339028_n

Hamlet

J’ai été voir Hamlet au théâtre dans une mise en scène de Mesguich le père avec Mesguich le fils. Il y a de belles idées (les dédoublements de comédiens qui renforcent l’impression de faux semblants, le détournement comique de Polonius) et quelques grandiloquences à mon avis superflues  (la relation lourdement incestueuse d’Hamlet et sa mère) mais c’était beau et j’ai même pleuré.

images (12)

Images

Ben, Mirit Weinstock

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :