25 mai

feather dioramas by chris maynard

Cette semaine, je suis allée de malentendu en déception.  Les employés  –  il y a dans ce mot un brin de condescendance paternaliste mais que dire ? « salarié » est administratif et « travailleur » fait un peu kolkhoze ;  les employés  donc,  n’ont pas beaucoup progressé en trois ans. P., mon assistant de recherche reste encore dans l’interprétation  littérale des mots et ne sait pas s’en écarter. Je lui ai demandé de me chercher des images pour illustrer un concept  de « noctambule » (night bird) pour une marque cosmétique  et il revient avec un série de moineaux et de clichés de la voie lactée ; de jolies images mais comment dire ? j’ai fait un massacre chez ses piafs.  I., styliste, ne sait toujours pas imaginer des variantes d’un produit. S. ne sait pas réutiliser les clauses invariantes des propositions  commerciales et quand à C. elle lance carrément « qui c’est Geneviève ? » quand on me demande au téléphone car elle ne me connait que sous le nom de « Jin Zhe » ou Gigi.  Trois ans !  Ô Lassitude !

Quel est donc ce mur entre eux et moi ?  Les mécanismes familiers de ma pensée, analyser, classer, interpréter, interpoler ne leur disent rien et je suis seule à me comprendre. Pour me consoler, je me dis que je suis peut-être parvenue à un palier. Il arrive parfois qu’au seuil d’une prise de conscience, on traverse un instant de régression.

images

J’ai souvent entendu parler de Chris Marker et Tarkowski mais sans jamais voir leurs films. Jeudi soir, à Shanghai, j’ai vu le documentaire réalisé par Chris Maker sur Tarkowski. Double épiphanie, double choc de beauté et d’intelligence. La qualité de la copie était minable et le son désastreux mais une idée est montée et résonne encore en moi: le désir d’une image est un désir d’aller voir et un désir d’en parler. J’ai posé plein de questions à Arnaud Lambert, l’auteur de Also known as Chris Marker qui présentait la soirée et j’ai profité sans vergogne de la chance qui m’était donnée de pouvoir l’interroger en français dans une salle exclusivement chinoise.

téléchargement

Il y a je crois presque 200 000 balayeurs des rues à Shanghai  (ce qui représente 23% des habitants de la ville de Marseille mais non, il n’y a  aucun rapport).  En costume bleu pervenche festonné de parements fluo, ils parcourent les rues de la ville en traquant les confettis du grand festin shanghaien. Ce sont des hommes et des femmes laborieux et souriants qui s’aménagent ça et là de petites parenthèses de farniente. Je les vois souvent ronfler sur l’herbe à l’ombre de leur charrette et parfois, comme cette femme de l’autre jour, broder une tapisserie.

5plCjzC10Rs

Le tailleur de la rue R. a le corps déformé par la polio. Dans son échoppe au fond de la cour, ses employés sont tout aussi contrefaits que lui. Voilà un homme qui a poussé tordu mais il s’est modelé un cœur droit et tient bon appuyé sur ses cannes.  Je vais le voir au printemps me faire faire une robe ou deux en voile de coton. Je lui demande de tailler « kuan dong » – pas trop ajusté – mais c’est peine perdu. Il a le corps chinois au bout des doigts : menu et plat. On n’y peut rien. On se contient.

B. me parle souvent de ses enfants L. et A. et je relate parfois ici les faits et gestes de ces petites créatures.  Dernièrement, L. s’est fâché très fort et peinait à retrouver son calme. A. , cinq ans, a dit très philosophe «moi, je n’habite ma colère ». Il  a l’art aussi de poser des questions saugrenues. B expliquait à A. la profession d’un voisin (thésard en économie, bon c’est pas métier je sais) tandis qu’ils passaient devant sa maison. Et lui de demander : « mais enfin, est-ce un bon danseur? » Il y a quelque chose d’adorable, de sage et de joyeux dans ce petit bonhomme.

téléchargement (3)

Images : Feather diorama by Chris Maynard ,  La jetée de Chris Marker, l’enfance d’Ivan de Tarkovski, Biancaneves de Pablo Berger

Dessin de Евгений Бондаренко

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :