1er juin

tumblr_mgdcwpP4Zz1qinh1vo1_500

Ma vie de droguée.

En France, j’avais une vie bien remplie : je voyais du monde, je parlais beaucoup, j’étais la plus part du temps en mouvement, investie, agitée. Par réflexe de protection, je m’offrais de temps à autre de vrais dimanches d’ennui: des journées entières à l’ombre de moi-même, à changer de position sur mon lit, à me sentir vaine et inemployée jusqu’à l’inconsistance. C’était à bien des égards des séances de philosophie expérimentale : habiter le vide et sentir le temps.

Depuis que je vis en Chine, le sentiment de vide m’est devenu familier et je ne fais plus  le plein de rien. Cette vacance m’est devenue presque agréable mais je souffre parfois que le monde qui m’entoure soit si pauvre en mots que je peux comprendre. Alors de temps en temps, je m’organise des bains de luxure radiophonique. Drogue : Podcast. Dealer : France Culture. Le week-end dernier a été orgiaque: le DSM, les structures de la parenté de Lévi-Strauss et le mariage pour tous, l’anti-Œdipe de Deleuze, la nouvelle et intrigante théorie de l’inséparation de Quessada, et pour finir en beauté, la drôle de vie des zombies. Je ne suis pas la seule dans ce cas. Mon amie C. qui vit à Shenzhen s’adonne aux podcasts scientifiques et spirituels. On n’avoue cette manie qu’avec un peu de gêne car qui comprendra que dans un  grand silence, simplement traversé par des paroles lointaines, on soit vraiment heureux.

Princesse Cindy et les rois du ventilo.

Je suis allée à Shenzhen cette semaine et j’ai rencontré Cindy, une jeune femme qui a fort bien réussi dans le business de la mode (un indice:  elle a plusieurs Porsche Cayenne)  mais touche maintenant ses limites. Son bureau est étrange, sombre et encombré de moules à chapeaux, de vieilles machines à coudre, de meubles contemporains criards et de vases chinois. Je suis arrivée vers 13h et comme c’est l’habitude en Chine, tout le monde dormait, la tête appuyée sur le bureau. Je me croyais dans la Belle au bois dormant, illustrée par Gustave Doré. Et cette image me semblait l’ambassade d’une fin de règne. Je ne suis pas restée longtemps. J’ai aussi rencontré un fabricant de ventilateurs, radiateurs, humidificateurs, etc… Une entreprise de 8000 personnes qui a très bien compris que le « good enough » était derrière eux. Je suis restée chez eux trois heures à parler de ce qui vient après et de comment on y va.

Doré téléchargement (1)

L’avenir d’une illusion*

La plupart des français aime croire dans la « chute » de Princesse Cindy (mais la demoiselle a le sens des affaires et trouvera illico de nouvelles opportunités). Ils préfèrent ignorer le dynamisme des rois du ventilo. Pour beaucoup de lecteurs du Figaro comme de Libé (ici l’aveuglement est partagé) la Chine est une illusion, et les chinois une bande de copieurs  un peu bas de plafond condamné à se rendormir après une brève période de croissance euphorique, seulement nourrie par les délocalisations industrielles et l’avidité consumériste du monde. Et tout cela dit sur un ton surplombant soit disant ‘bien informé’ et soit disant ‘lucide’. Haha ! Il est incroyable de constater combien l’illusion est de leur côté. Cette «shadenfreude » mesquine à l’échec relatif de quelques entreprises en Chine, cette façon de s’accrocher obsessionnellement à des représentations pas même réconfortantes est stupéfiante. On ne saurait trop conseiller à tous ces gens de faire un petit séjour à Chengdu ou Chongqing pour contempler l’avenir de leur illusion !

zpmd2DaCrus

Stupéfiante est aussi la rage jusqu’auboutiste des versaillais contre « le mariage pour tous ». Ils ont trouvé là un combat qui cristallise toute la tristesse de leur immobilisme. J’ai lu le témoignage d’un manifestant qui s’est retrouvé au poste pour la première fois de sa vie et se décrivait comme un « dissident politique » avec unesorte de romantisme exalté. Et pourquoi pas Jean Moulin tant qu’on y est !

Le bouledogue français si frétillant dans sa jeunesse devient apathique avec l’âge.

J’ai passé sept heures dans l’avion du retour dont cinq sur le tarmac. Moi, ma voisine de droite et mon voisin de gauche avons fini nos livres. J’ai achevé « C » de Tom McCarthy que je n’ai pas tellement aimé. Il y a dans ce roman une érudition et un brio qui tournent à vide. On n’y croit plus.

* pour singer le titre de Furet.

Dessin de Евгений Бондаренко

Dessin de Franco Matticchio

Gravure de Gustave Doré

Publicités

un commentaire

  1. wedreambusiness · · Réponse

    J’aime te lire ce matin 🙂

    Love,

    Marc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :