10 août

tumblr_mjcn4wqQH21qb5wbbo1_1280

Pierres brûlantes

J. fils de mon ami E est un grand petit garçon blond qui ne parle pas. Il est autiste et requiert une constante attention. Cet été, E l’a envoyé pour la première fois dans une « colo normale » avec son contingent habituel de gosses des quartiers populaires, entendre « arabes » de Nice. Ces mômes, on en connait  les casquettes retournées, le langage frustre et l‘énergie désordonnée mais quoi d’autre ? Face au silence perdu de J, qu’est ce que cela donnerait ?  E a laissé son fils à la porte du car avec un zeste d’inquiétude. Déjouant tous les pronostics, les gosses ont pris J sous leur ailes, lui ont « donné cinq » et plus encore.  Les enfants de l’Ariane sont aussi des  exclus et la présence d’un enfant plus fragile a suscité une immédiate compassion.

tumblr_mjpvjgq1hU1qzpyz2o1_250

Calcaire beuglant

Chez C. On roule 40 km en VTT dans l’Estérel. Le soleil cogne. Je tombe et me relève mordue par les porphyres, le coté droit du corps peinturluré comme un coucher de soleil chromo : or et violet. Le lendemain, nous allons du coté de Méjean nous baigner dans des criques calcaires. Un petit couple s’installe sur nos serviettes. Une quiche varoise et son coq de basse cour. Le ton monte puis redescend, lourd d’orages. Ils poussent la sono à fond, jettent des papiers gras dans l’eau, se rendent insupportables de mille façons avec un mélange d’impudence et de provocation. Nous partons. C’est dommage.

tumblr_meez52lS4q1qh0usho1_500

Lauzes

Je retrouve mon frère à Nîmes. Je ne me souvenais plus des arcades de la gare et de cette promenade qui monte en pente douce vers les arènes. Majesté toute romaine, orchestrée par l’eau murmurante et la découpe de l’ombre des arbres. Nous passons deux jours dans les Cévennes du coté des Vans. B me raconte les plaisanteries du cru. Aux soirées locales du jeu de Loto, les piliers de comptoir commentent les numéros qui sortent. Le « 30 » est accueilli par un «  voleurs de champignons ! »: hostilité ancienne aux voisins gardois. Un autre souffre, d’un « gromatisme ukrainien ». J’aime la beauté farouche des lauzes. Les magnaneries ont des murs très hauts et se dressent  au dessus des châtaigniers comme des poings fermés sur le ciel bleu pâle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :