26 octobre, des poèmes humides

Au Zhongshan park, un dimanche vers 9h, de vieux gamins aux cheveux blancs 70 ans bien sonnés s’égaillent dans les allées comme dans une vaste cour de récré arborée : certains penchés sur leur pinceau humecté d’eau calligraphient des caractères sur les dalles de béton à l’entrée du parc. Les poèmes humides s’évanouissent en un souffle et laissent la place à d’autres écrits vite tracés sur le palimpseste de ciment. D’autres pratiquent le taïchi habillés de larges pyjamas de soie claire. On dirait de vieux clowns blancs qui se balancent lentement figés par un songe immobile. D’autres enfin dansent en couple une valse raide. En tendant l’oreille, on entendrait presque les os rouillés cliqueter au son de l’harmonium.

images (26)

On traverse le parc avec M. Notre parcours de course à pied commence dans les jardins de l’East Normal University, où l’on enseigne le droit et les sciences politiques. Elle traverse ensuite Shanghai par le nord pour se terminer au Bund. La rivière Suzhou est une longue promenade dans la ville et le temps, Longtemps, elle fut la saignée puante de la ville vouée aux collecteurs d’ordures puis au temps des concessions, de riches marchands chinois s’installèrent vers le Bund. Ce dimanche, au bord de l’eau, on repasse le film de ces métamorphoses. Nous avançons en zigzags, passant les ponts plusieurs fois car de nouvelles résidences ont par endroit privatisé les rives. On file le long des lilongs tout ramassés derrière leurs enceintes de briques rouges et parmes, accélère devant des taudis crasseux dont l’odeur de tofu fermenté soulève le cœur. Une fille dodue en pyjama rose marche le cheveu ébouriffé et les yeux clignotants. Un drogué se pique sous un pont. Derrière les palissades, le ballet têtu des grues est ponctué d’à-coups : on entend la cognée du béton et le métal froissé qui tonne. Voilà, l’ancien bâtiment des postes avec ses volets turquoise, le porche de la guilde des marchands de Ningbo puis enfin, le Bund. On s’étire. Un petit garçon a dit quelques mots en anglais poussé par son grand-père. « I love you ».

Parfois, la joie de vivre, cette belle cavale à la peau frémissante, se fait la malle. Ces jours-ci ont l’aspect minable d’un vieux garçon vicieux, le pantalon qui godaille, le regard fuyant et les dents gâtées. A mon sens, tout foire : on m’a refusé un article assez bon sous prétexte qu’il n’était pas « sorti du même moule que les précédents » (Oh ! le conformiste journalistique) , j’ai raté le show d’H à cause d’un taxi poitrinaire qui a craché un demi-million de fois en chemin pour arriver en retard à destination, je vois mille petits détails navrants et je me mets à rêver de choses tristes. Le vent y est toujours mauvais, le ciel d’un sale gris mauve. Mais tout cela n’est guère important. Je bosse trop c’est tout. And « heart is short too », ajoute Jack Spicer.

tumblr_mj52cc7jj51qe81qjo1_1280

Des trucs m’ont réjoui tout de même. D’abord, le jeune commis qui tient la caisse du fruitier près de chez moi a remplacé son Samsung Galaxy par un livre illustré plein d’empereurs à barbiche. Il ne lève plus les yeux quand je m’approche de la balance. Il lit. Il est loin. C’est bien. Ensuite, pour préparer Insight Shanghai, qui portait cette année sur le luxe, je cherchais des exemples et me suis plongée entre autres choses dans les pulsions étranges des amateurs de luxe automobile. La lecture d’un blog automobile est édifiante. Sachez, braves gens, qu’il existe sur cette planète, des types qui ne dorment pas la nuit parce que leur bolide passe 0 à 100 km/h en seulement 4,6 secondes, tandis que celle de leur voisin met 4/10ème de seconde de moins : « un gouffre à ce niveau ! » précise le journaliste. Restez, on vous explique: « Rond à tous les régimes, le V10 boosté envoie un sacré coup de pied aux fesses (et plus encore quand on enfonce le kick), mais il n’a pas la rudesse de certaines gros calibres ». Rhaaaa ! Et puis, au finish j’ai découvert un segment que je ne connaissais pas : les voitures «dynamico-bourgeoises». C’est très bien trouvé et depuis j’applique cette notion à de nouvelles catégories.

tumblr_m84tnjkztS1r7kuu3o1_1280

Insight Shanghai a été un succès. Du monde, des speechs, d’assez bons d’intervenants chinois pour parler de l’évolution de la perception du luxe en Chine. La nouveauté par rapport aux années précédentes, c’est que luxe et savoir-faire traditionnel leur paraissent désormais liés. Les intervenants n’ont eu de cesse de célébrer la vie des lettrés de la dynastie Song et de dénigrer le mauvais goût des pauvres et des «nouveaux riches » qu’ils appellent les « Local Tyrants ». Les Tyrans Locaux ne sont pourtant que d’anciens pauvres blâmables à leurs yeux de ne pas avoir envie d’y retourner. Evidemment, ce mélange d’envie et de mépris est cocasse! Cela montre assez bien les revirements de la pensée chinoise influencée par la propagande (le gouvernent chinois condamne désormais l’opulence ostentatoire), le nationalisme rampant de l’élite académique (avec nos 5000 ans d’histoire, c’est qui les plus forts, hein?) et aussi la maturation normale de la consommation de luxe. Reste que la plupart des participants sont plus éloignés des sages frugaux de la Chine ancienne que des péquenots dorés sur tranche qu’ils raillent si fort et les pratiques raffinées des lettrés ne sont plus les leurs. Mais il y a des exceptions !

Bardem_P12106521

Malgré son faux air de Javier Bardem dans le film « No country for Old Men », Mr Zhu est un être aussi suave qu’une hirondelle, dessinateur de meubles et d’objets décoratifs. Les  autres, je ne les imagine guère jouer du guqin pour eux-mêmes simplement bercés par les effluves d’un parfum léger devant un paysage de montagne brumeux.

tumblr_m7blwtoa0k1r7kuu3o1_1280

La déconnexion entre le discours et la réalité vécue est un des choses les plus déroutantes de la vie en Chine. Comme l’a dit le sociologue chinois dans son discours d’introduction : « nous les chinois, nous ne sommes pas logiques ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :