25 janvier, des bleus de Chine

 

tumblr_mrcevnw6YG1qh8sebo1_1280

Les choses qui n’ont pas de nom

Enfant, j’aimais les listes ; les choses que j’aimais et que n’aimais pas, les prénoms,  les pays et même les noms de maladie. Les listes qui envahissent l’internet m’ennuient aujourd’hui : les « 8 choses que le gens riches font le matin avant 8h30 » : café ou smoothie, pipi ou tweets, …. tu vois autre chose ?, ou « les 25 merveilles de la nature qu’il faut avoir vues avant de mourir » alors que « la face nord de Juliau » suffit au poète. Désormais, la seule liste que je reprenne de temps en temps est celle des choses qui n’ont pas de nom:

– le plaisir d’exécuter quelque chose parfaitement,

– le silence qui se fait en soi lorsque l’on est détendu et concentré,

– la sensation agréablement menaçante que donne de marcher dans un endroit désert et écrasé de soleil,

– le malin plaisir d’entretenir le désordre,

ou la vibration de la lumière sous la canopée. (pour çà, les japonais ont le Komorebi comme je viens de l’apprendre)

Cette liste est sans fin puisque son achèvement serait de parvenir à nommer toutes les choses et finir le boulot commencé par Adam au jardin d’Eden. Or s’il l’on y parvenait, la possibilité même d’écrire un telle liste s’évanouirait. Je crois qu’il nous plait de sentir à la fois l’étonnante puissance du langage devant l’innommé et dans un même mouvement son irréductible empêchement.

tumblr_mjpioxp1dV1qh3rjlo1_1280

Bleu de chine

Une grand-mère promène un petit caniche dans une poussette pour enfant. Le chien a les oreilles teintes en bleu. Une fille porte un bonnet de laine à voilette et un tee-shirt ornée d’un « grumpy cat » aux yeux bleus. L’employé 07473 du Family Mart ne connait pas l’employée 30003 du supermarché Huailai au carrefour de la  la rue Q qui est une fille très souriante; pourtant, ils portent tous les deux une parka bleue, lui décoré d’un écusson ‘collège’, elle complétée de manchons siglés Vuitton.

Un professeur de design chinois m’a souvent dit que les « les chinois n’aimaient pas le bleu ». Notons que sa culture esthétique commence en 66 au pied d’un terril bleuté de vases Ming et Qing fracassés par des gardes rouges.  Après la révolution, le bleu sillonne toute la Chine à bord des semi-remorques Dongfeng (qui sont tous de couleurs bleue), et le denim devient l’uniforme des ouvriers déracinées des campagnes pour alimenter la grande machine industrielle chinoise. Couleur prolétaire, le bleu n’est pas aimé des chinois nées dans les années 70 (c’est l’année de naissance du professeur), grands bénéficiaires du nouveau capitalisme chinois et forts impatients d’oublier l’humiliante misère de leurs parents. Pourtant, le Professeur se trompe et surtout il vieillit. Qui vient aujourd’hui à Shanghai et cligne un peu des yeux verra un monde presque bleu marchant sur deux  jambes denim.

Embryo – Génèse

Ça recommence. On conteste le droit d’avortement. Les arguments d’autorité nous pètent à la gueule comme des boules puantes:  la « nature » et ces fameuses études scientifiques d’équipes américaines, tout est bon pour nourrir le fantasme de la femme déviante, tueuse de l’enfant qu’elle aurait pu ne pas avoir. Quel scandale ! Puisse le Pape François dans sa sagesse éclairer ces pro-life hystériques. Telle est la prière que j’adresse à Dieu, lui qui dans son infinie délicatesse a pris soin de demander à Marie son consentement avant que « le verbe se fasse chair ».

tumblr_my6l03Q1wv1qb5wbbo1_1280

Des perles bleues cendrées

Depuis le train rapide qui relie Shanghai à Hangzhou, on aperçoit sur les toits des immeubles modernes d’Hangzhou des flèches sur lesquelles sont enfilées des boules de métal petites ou grandes. Ce détail architectural un peu arabisant rappellent les flèches piquées sur les coupoles des mosquées. Mais ces sphères métalliques contiendraient les cendres des morts et montent comme des points de suspension vers le ciel.  Du moins, c’est ce que l’on m’a raconté.

‘Yuki Nae wears Jil Sander’, photographed by Izima Kaoru, 2000

Blasée

Myrtille (c’est comme cela que je l’appelle) prend des photos de ses amis en position dite ‘blasée’, à l’instar de Michel Houellebecq en quatrième de couverture  de l’édition israélienne de poche de Plateforme. Me voici donc Blaséifiée.

blasee

photo: H. Zucker

Publicités

un commentaire

  1. Blaséifiée ? En tout cas, vos posts ne sont jamais blasants, pas le moins du monde. C’est même, au contraire, un très grand plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :