22 février, ne manquer de rien ?

tumblr_mygjxvubl61qatkfdo1_1280

Le marché couvert de la rue S a été refait de fond en comble. Les poissons vendus vivants évoluent désormais dans des casiers réguliers et non plus dans de grandes piscines de faïence jaunâtre et écaillée. Les boutiques crasseuses des vendeurs de buns, d’omelettes aux herbes, de raviolis frits qui longeaient les murs extérieurs de la halle ont été détruites et remplacées par des échoppes modernes carrelés de blanc et fermées par une double porte de verre sous un linteau de marbre brun. Certains marchands ont sauté dans le train du progrès. Ils ont troqués leurs vieux tabliers raidis d’huile de cuisine pour des blouses de laborantin et servent désormais le pied de porc laqué avec une charlotte immaculée sur la tête (c’est le visage du progrès!) D’autres commerçants semblent encore un peu intimidés de cette modernité presque irréelle pour eux.  Ils attendent sûrement pour s’y retrouver que les choses se déprennent de ce lustre apprêté.

Ce que nous inspire la Camarade L.

Bien qu’elle soit encore à la petite école, ma nièce L. a été élue déléguée de classe sur un programme très pragmatique qui comprenait notamment l’inscription des mots Entrée et Sortie sur la porte des toilettes et la Lutte contre le bruit à la cantine. Il me plait de l’imaginer distribuer des tracts à la sortie de l’école et peaufiner son argumentaire de syndicaliste en culotte courte. L’Employé B., son père,  après quelques années d’entrepreneuriat, goûte à nouveau aux joies plus tranquilles du salariat et des conventions collectives. Prévoient elles, imaginons-nous, un supplément charbon, une prime intempérie et l’octroi d’une machine à laver neuve tous les deux ans ?  L’employé B compte-t-il sur la camarade L pour porter ses revendications ?

tumblr_mtqu36eCD71rj8gavo1_1280

Comment faire des carottes ?

Hier j’assistais à une présentation des thèmes de  collection d’une marque de mode chinoise. L’intervenante parlait un créole de chinois et d’anglais comme si sa langue première le chinois, manquait de mots cousus-main pour parler de mode. J’avais un peu perdu le fil du discours et mijotais dans la torpeur d’une réunion d’un vendredi après-midi  quand tout de go, elle a lancé: « how to do carrots ? ». J’ai ouvert l’œil un instant puis l’avenir des (pantalons) carottes étant assuré, j’ai repiqué du nez.

L’UV « Meaning of Life »

Miss V. a passé par correspondance un diplôme d’anthropologie de l’université de Hong Kong et affiche ses résultats sur son compte FB. Elle a eu B – à l’UV « Meaning of Life ». C’est son plus mauvais score. J’ignore le sujet précis de ce cours portant sur le « sens de la vie ».

En ce qui me concerne, il me semble que le  « sens de ma vie » a été longtemps dominé par l’imaginaire du manque. Une connaissance sommaire de la mécanique psychique le fera comprendre.  Il s’agit par exemple de s’offrir en sacrifice à des causes perdues, de pratiquer l’ascèse, tout cela pour creuser en soi un manque éclatant dont hélas, la gloire n’est que passagère. Bientôt tout est à refaire car le secret d’une frustration bien entrevue tient à la nature même du désir : hors d’atteinte et inépuisable à la fois. Je pensais donc avoir acquis un savoir précis de l’inconfort et des moyens d’y parvenir mais voici  que ces derniers temps, rien n’y fait, je ne manque de rien. Drôle de truc. On crierait presque à l’imposture. Je crois que je vais devoir repasser mon UV « Meaning of Life ».

tumblr_n0cc2zulTD1qc16s9o1_500

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :