8 juin, Madrid, capitale du découragement

tumblr_n4nmmvo9Wo1r2an97o1_500

Une scène vide On raconte que Beckett quand il apprit qu’il était désigné lauréat du prix Nobel de Littérature, parla de « catastrophe » et s’affligea de “la tristesse d’être compris !”La Chine aurait suffi à Beckett.  Ici, on est incompris tout le temps et le découragement qui suit est sans orgueil. La scène est vide, le rideau s’ouvre. Un souffle passe. La poussière se soulève puis retombe. Le rideau se ferme. Est-ce encore une pièce de Beckett ? Non ! La photo a été prise lors d’un pince-fesse à Hangzhou, dans le fief d’Alibaba où j’ai fait une intervention la semaine dernière. Dès le lendemain, j’ai rédigé un court communiqué que j’ai demandé à mes assistants d’illustrer par une photo et ils n’ont rien trouvé de mieux qu’une estrade vide qui ne montre rien. Eux, dont la passion commémorative est sans limite et qui se pressent pour être pris en photo avec le plus insignifiant sous-secrétaire de la section locale du Parti,  ma « face » leur semble trop petite pour figurer sur la photo ?  Ou bien ont-ils pris la première image venue avec le sentiment de remplir leur office ? La seconde hypothèse est la plus vraisemblable.

Ah Madrid….   J’essaye de trouver pour une célèbre marque de sandales allemandes de style « bobo » une marque de mode locale avec laquelle développer une édition limitée en Chine. Je pensais que les candidats allaient se bousculer au portillon. Il n’en est rien. Les marques chinoises contactées refusent par  ignorance ou par paresse qu’une arrogance chauvine rend plus exaspérante encore. Mais le coup de grâce est venu de chez moi. Mme Chat, ma directrice commerciale qui ne vend pas grand-chose mais que je ne vire pas comme la raison le commanderait car je n’ai pas mieux pour le moment, Mme Chat donc avait accepté en maugréant de me filer un coup de main. Je lui envoie un email assez détaillé précisant les modalités de l’opération et notamment quelles lignes de chaussures qui pourraient être personnalisées dans le cadre de cette  édition limitée. Or, il se trouve que ces familles de produits portent des noms de ville:  Madrid, Boston, Rio etc… ce qui est assez commun. Même en Chine, on se parfume avec quelques gouttes de Paris, on se réunit en salle New York alors on peut bien chausser des flips-flaps Marrakech ou Miami pour aller à la piscine. Mais Mme Chat lève les yeux et me regarde, avec une mine stupide et buté et me dit : « Enfin, je ne comprends pas. Madrid est la capitale de l’Espagne ».  Soupir. Oui Madrid est bien la capitale de l’Espagne et depuis peu,  celle de mon découragement.

Elle s’en va Un tour d’écrou supplémentaire a été donné par l’annonce du départ d’une de mes employées que j’avais recrutée il y a un mois  à peine. Le problème de cette jeune femme bien éduquée  est qu’elle n’en peut plus d’être à l’écoute de ses  désirs. Elle se rêve tour à tour artiste et millionnaire, capitaine d’industrie et entrepreneur de start-up. Parions qu’elle finira chef de produit ou analyste financière dans une multinationale et continuera d’explorer les multiples facettes de son identité lors des séances de coaching payées par son entreprise. Quand au riche avenir….Je ne lui en veux pas mais je suis déçue. C’est si long de trouver des gens.

tumblr_n3tbw96lJ91qbz13no1_1280

Comme du poisson pourri La coupe n’était décidément pas  pleine et et je tairai d’autres vains combats que j’ai menés cette semaine  contre l’air bête et têtu que la Chine prend parfois. Vendredi soir, jour du poisson, un chinois sans doute un peu braque a jeté dans le wagon de métro une bassine entière de rogatons de poiscaille, tête et nageoire comprises. Ce lancer de poisson pourri était peut-être plus acceptable que l’incessante discordance de mes relations.

L’art du déséquilibriste Que la mésentente ici comme ailleurs soit de mise, n’est guère surprenant. Comme le dit petit A. en marchant sur les ronds de fonte ouvragés qui entourent les arbres à Paris en s’efforçant de ne pas toucher les lignes, ce n’est pas facile d’être un « déséquilibriste ».

 

Donc restons en là.   « Il faut continuer, je ne peux pas continuer, je vais continuer. » Samuel Beckett

 

tumblr_mxavbwingw1qzt15co1_500

Publicités

un commentaire

  1. J’aime beaucoup tes articles, vraiment! N’hésite pas à venir faire un tour sur mon blog 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :