29 juin, feu mes habitudes

tumblr_n7s24urH9u1spa89vo1_1280

Feu mes habitudes

Depuis deux ans, je consacrais mes samedis matin à l’écriture de ce blog. Je reprenais mes notes de la semaine, sirotant un grand bol de café noir dans cette intimité que l’on a avec soi au réveil, tiède encore des rêves de la nuit. Mais voilà que depuis deux semaines, je recommencé à apprendre le chinois. Ma première tentative à mon arrivée en Chine avait fait long feu. Trop accaparée par ma propre survie – ce mot me semble aujourd’hui exagéré mais le temps minore les ennuis passés-  il ne me restait plus rien pour l’apprentissage de la langue chinoise. Mais ces derniers temps j’ai révisé mes ambitions professionnelles à la baisse et les ai ajustées à ce qu’il m’est possible d’atteindre. De guerre lasse, je m’en tiens là  pour le moment et compte que le temps travaille à façonner des circonstances plus propices. Du coup, je dispose d’un stock significatif de secondes utilisables sans parler de facultés cognitives presque intouchées. Car ce n’est pas un secret : la création de collections de mode en Chine nécessite une grosse voix mais un petit cerveau.  Le samedi, je vais donc à mon cours de chinois dispensé par la maison Mandarin. La professeure s’appelle Sunny et n’a aucun humour. Quand je fais semblant ne pas reconnaître dans ses dessins maladroits une rame de métro, une fleur de chrysanthème ou un vélo, elle se vexe et deux petites taches roses apparaissent sur ses pommettes.  Elle ne goûte pas mes blagues de potache qui compensent pourtant bien innocemment mon sentiment de nullité.

tumblr_n5984xVAbo1rq1et8o1_1280

 

L’emploi, pas la gueule.

Mes clients ne sont pas blagueurs mais ils sont très capables de m’égratigner.  L’ignorance doublée d’arrogance est un cocktail  urticant.  Ainsi, leur nouvelle lubie consiste à réclamer la présence de A. mon associée ou à défaut sa validation. Les longues heures que je passe à leur prodiguer des conseils ne pèsent rien. Il leur faut l’estampille d’une vraie « styliste » dont l’intervention divine suppléera, croient-ils,  leur absence  de talent. Il faut croire qu’une providence lointaine impressionne plus qu’un soutien rapproché. Symptôme trop visible de leur insuffisance, je ne fais pas l’affaire. Cependant, ils n’ont pas tout à fait tort. En général, j’ai l’emploi, pas la gueule.  Comme on me l’a dit encore récemment, j’ai toujours l’air d’arriver de nulle part. J’ai pris cela comme un compliment mais cela n’aide pas dans un pays où la « face » assure conventionnellement la distribution des rôles auquel on peut prétendre.

tumblr_n6k3wrtkXG1r59aw6o1_1280

 

Asphalte glissant

Le désinvestissement (relatif) de ma vie professionnelle a donc provoqué par réflexe l’introduction de nouveautés : cours de chinois, reprise du saxo, et voilà la dernière nouveauté en date: un scooter lectrique !  Grâce à C – qu’elle soit ici remerciée –  j’ai fait l’acquisition d’un deux-roues. Je sillonne  la ville et glisse silencieusement sur l’asphalte dans la touffeur de la nuit. J’ai déjà eu ma première panne mais on trouve partout de gros boîtiers jaunes paille où pour quelques yuans on recharge ses batteries. Je me suis aussi perdue car ma connaissance des rues acquise au cours d’innombrables courses en taxi est devenue caduque. Il faut encore et  toujours tout réapprendre.

tumblr_n47kyoLA5c1r3owlzo1_1280

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :