4 août, La Grande Excentrique

tumblr_n89scff5NV1r2ekhjo1_1280  

La Grande Excentrique

Si les typhons me sont favorables, je devrais partir aujourd’hui pour un mois en France ; ce voyage m’apparaît cette fois comme un départ et non comme un retour. Il faut croire que le point de gravité de mon existence s’ancre désormais de ce côté-ci du monde : on s’acclimate, on fait son nid avec d’autres plumes, on s’accommode à d’autres sauces, on se ficelle à de nouvelles bobines;  on est fidèle au présent en somme, car c’est la seule vertu qui soit vitale.

Pourtant, la familiarité croissante des lieux et des hommes ne tue pas le sentiment d’excentricité. Ce vendredi, je suis sortie pour déjeuner mais il faisait si chaud et si moite que je renonçais aux nouilles épicées de Mr Ma et poussais jusqu’à un édifice à la mystérieuse façade rouge brillante que le grand syncrétisme chinois utilise 24/24 comme musée populaire, centre d’animation culturelle pour personnes âgées, salle de concert et….  entrons. Dans le lobby somnolait un lampiste, entre un grand caoutchouc, un piano à queue  et une machine à café. Le hall s’ouvrait à gauche sur une salle d’exposition ornée d’œuvres disparates, du chromo criard à la croûte impressionniste huileuse et au centre, derrière une double porte, une ball-room. Par curiosité, j’entrebâillais la porte et voyais alors des personnes entre deux âges se balancer sur de la musique techno ou papoter dans les alcôves aménagées autour de la piste.

Le visiteur de passage repérera facilement les groupes de dames fringantes et frisottées qui dansent  sur les places et jardins à la nuit tombée. Je consigne assez précisément, l’apparition de nouvelles bandes, leur terrain d’opération, leur style musical. Qui sont les cheffes ? Quels sont leurs rites ?  Récemment, deux nouveaux gangs de panthères grisonnantes ont pris leur quartier près de la rivière et dansent à moins de 50 mètres de distance sur des mélodies très différentes de sorte que c’est une cacophonie indescriptible mais hilarante. Je connais aussi des KTV minables – à l’ombre des karaokés marbrés et scintillants des supermalls, – dont l’entrée est encombrée de caisses de bière et dont le patron empoche la monnaie en short et pantoufles tandis que les voix à l’intérieur poussent des beuglantes où l’on parle probablement d’amours non partagées (« Wo ai ni » – je t’aime – revient souvent ) A force de pouloper dans cette ville, je sais où trouver des afters à bout de souffle, des salles de jeux semi-clandestines, des clubs d’affaires cossus et discrets mais ce thé dansant techno à côté de chez moi m’était inconnu. L’ordinaire excentrique est au coin de la rue.

tumblr_n4egafpwNY1tzbipqo1_1280

50+1 poèmes du jour d’avant

Début juin, mon amie H m’a demandé de lui écrire un court poème pour un projet qu’elle conduit avec le musée de design de Tel Aviv. J’ai écrit ce poème et puis 50 autres à la suite, tous les jours jusqu’à fin juillet selon un protocole assez précis d’écriture. Voici le premier et le dernier :

  1. 10

In the shadows of the city, we learn to name by ourselves the trembling and the dark.

Note: this is what happens when you get lost at night at the end of line two.

Dans l’ombre des villes, nous apprenons à nommer par nous-mêmes le tremblant et l’obscur.

  1. 30

Bace, the time of your life returns to you as a poem. The resonance of poetry is perhaps the echo of an ineffable love. Moze.

Note: this is what happened to you the day before.

Bace, le temps de ta vie revient vers toi comme poème. La résonance poétique est peut-être l’écho d’un amour ineffable. Moze.

 

*Bace = frère. Moze= peut-être. 

On est toujours content quand on finit un truc qui a de la gueule.

Qui est le gardien de ton frère ?

Je n’ai plus beaucoup de contact avec mon Bace ces derniers temps. Le lien que formait le vécu partagé de notre tragi-comédie familiale semble avoir été distendu, sans bruit, sans cri, par la disparition des rôles-titres tenus par nos parents. Est-ce possible ? j’espère une fraternité nouvelle. Moze. Moze.

tumblr_n39mdlnMhS1rijwyno1_1280

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :