25 août, Bienvenue au club

20140818_131253

Sieste divine

Une partie du plaisir que procure la randonnée en montagne vient à mon sens du chocolat noir aux noisettes qu’on emporte en pique-nique et de la sieste qui suit ce festin bucolique. Je suis allée à la montagne du côté de chez O. pour crapahuter dans les grands monts qui surplombent le col de la Cayolle. Pour rejoindre le chalet de O, E. et moi avons roulé entre chien et loup dans le défilé des gorges de Daluis. La roche était rouge sang. On écoutait le CD de The Wall avec un frisson: l’alarme de la nuit avant qu’elle vienne, la tiédeur d’un abri éclairé.

Nous avons marché chaque jour d’un bon pas. A la mi-temps, on s’arrêtait pour déjeuner. Puis on se carrait dans l’herbe sèche, protégés du vent par un talus, caressés le bon soleil de l’après-midi et sombrait rapidement dans un de ces siestes divines peuplées d’anges et de plants de sénevé. Le dormeur biblique sait que le Très Haut a des mains fortes et chaudes pour tenir ce monde affligé. Au réveil, au moment d’ouvrir les paupières, je réintégrais mon corps après un long voyage dans l’éther. Suivant le chemin inverse du génie d’Aladin, il se rassemblait en essaim compact et retournait dans la lampe à pétrole.  Pendant quelques secondes, mon cerveau engourdi croyait avoir dormi dans un autre temps et dans une autre contrée. Shanghai, Paris, Nice ? Bientôt la sensation se dissipait et je rejoignais l’ici et maintenant. Le corps est déjà là ; il se réveille avant moi.

tumblr_mgwb3zrRUD1qapvjgo1_1280

Te rappeler qui tu es

C. est actuellement en tournée en Europe pour le compte de sa société. Son pitch est rodé comme un Uzi bien huilé mais par bonheur, elle n’est pas venue me voir pour me vendre des logiciels de gestion destinés aux PME. C’est une fille captivante qui déroule ses histoires en mêlant l’anglais nonchalant de la Californie et des préciosités Vieille-France avec un reste d’accent savoyard. C a été affectée récemment par l’implosion de son club de lecture. Une dispute absurde est survenue entre les membres du groupe. C’était pourtant des femmes intelligentes et tolérantes aurait dit l’historien du Book club de cette banlieue paisible de San Francisco constatant incrédule l’escalade vertigineuse des déclarations perfides et des basses manœuvres qui ont conduit au finish au point de rupture. Les tentatives de conciliation entamées par des « we need to talk » pleins d’aigreur et de soupçon n’ont fait qu’envenimer les choses. Que sont mes amies devenues ? Que j’avais de si près tenues et tant aimées ? chante C. sur les vers du pauvre Rutebeuf. Une des fonctions de l’amitié est te rappeler qui tu es quand tu es trop désarticulé pour t’en souvenir toi-même. Le témoignage amical atteste moins de ton immutabilité que de ton intégrité. C’est important. Puissions-nous rester longtemps bienvenues au club.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :