26 octobre, un pò più mosso

1926910_10152833538496613_4347697877815469583_n

Fausses notes

Au début de l’été 2014, j’ai ressorti mon Saxophone ténor du sarcophage où il s’oxydait depuis près de 15 ans. C’est arrivé après que j’ai rencontré le groupe des Huanpu Divers et Y. le compositeur de cette musique étrangement belle. Très vite, nous sommes devenus amis ; sentant confusément qu’il y avait dans cette rencontre une dimension secrète qui méritait une attention particulière. C’est comme cela que ça marche. Je voulais jouer à nouveau – j’avais tout de même apporté mon saxo à Shanghai – mais je différais le recommencement. Il suffit d’une étincelle pour tout embraser.

La reprise a été laborieuse. Je ne savais plus lire, mes doigts était gourds, tout dans mon jeu était gauche et lent. Petit à petit, l’agilité est revenue mais l’instrument, brutalement extirpé de son long sommeil d’objet, a commencé à se rebeller. Dimanche dernier fut un véritable cauchemar. Le Selmer lâchait des couacs stridents sans rime ni raison. Je ne voyais les « sols » poindre sur la portée avec des sueurs froides. Comment les jouer ? Je ne savais plus quoi faire, me crispais et jouais de plus en plus mal. Epuisée après de 4 heures de répétition à déjouer les ruses d’un saxo récalcitrant, j’allais dans un bar musical dans lequel je tombais sur un certain Mr Xue me donnait la carte de l’atelier Bamboo Sax. Divine providence! Dès mardi, je me rendais à l’adresse indiquée et trouvais là trois anciens étudiants du conservatoire, tous saxophonistes et artisans formés chez Selmer à Paris. Nik, Pan et Yao ont procédé aux réparations les plus urgentes (5 tampons brisés, mon vieux ! ) ne revenant pas que mon vieux clairon ait plus de 35 ans. Le soir même, dans leur studio, je testais timidement l’instrument puis, comme tout passait sans forcer, je jouais avec la joie sauvage de celui qui après avoir marché tout le jour sur une fragile couche de glace sent à nouveau la terre-ferme sous ses pieds. Nous avons fait pris des photos comme il se doit pour se rappeler cet instant mémorable.  Entourée de mes trois anges musiciens, je souris de toutes mes dents.

mmexport1414144750525

En tournée

Ella est agent immobilier à Shanghai. J’ai pris contact avec elle car j’envisage de changer mon lieu de vie. 4 ans passés dans le district de Changning, cela suffit et ma vie d’étudiante en dortoir – je vis sur mon lieu de travail – commence à me peser. Me voilà donc à califourchon sur le scooter d’Ella à sillonner la ville. Ne sachant pas très bien ce que je cherche, nous flânons et nous parlons. Mon travail et mes activités « artistiques » l’intéressent. Sa vie fureteuse et sa dégaine comiquement affublée d’un bonnet de laine noir et de gants de blancs m’intriguent. Cela fait deux fois que nous partons ensemble en virée pour une heure ou deux. La dernière fois, je portais un slim troué, un sweat-shirt à capuche et une veste noire élimée. Comme elle. Ce look  d’ado grunge attardée m’a servi d’ambassade et brisé la glace entre nous.  Nos conversations en mouvement entrecoupées par le fracas de la circulation ou le silence poisseux d’une sombre cage d’ascenseur me plaisent bien. Reste que pour le moment, mes recherches d’appartement n’ont pas abouti.

tumblr_mp170vv0s91qb5wbbo1_1280

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :