9 octobre, jours de fête

Mon frère s’est marié. « 13 ans que j’attendais cela » a déclaré l’épousée. Elle était en blanc, une robe courte en brocard qui dévoilait deux genoux gracieux. Il portait un costume sombre ; l’antivol était resté accroché à la manche, signe facétieux de sa distraction légendaire. Ils étaient beaux les mariés et très amoureux devant leurs deux enfants aux yeux emplis de lumière. A la fin du repas, j’ai dit quelques mots. Je n’avais pas tellement préparé mon allocution, craignant autant le lyrisme larmoyant de l’apologie que la pâte grasse des couillonades alcoolisées. Je suis restée sobre mais il parait que c’était émouvant.

L1010789-Modifier.jpg

Il faisait frais à Rambouillet, le matin, les pelouses du corral s’ornaient d’oies cendrées dodues qui se dandinaient prudemment sur un glacis de rosée. « C’est cossu », comme dirait Bebel.

La veille, j’ai passé la journée à Paris en compagnie de G. et nous avons visité la fondation Louis Vuitton à l’orée du bois de Boulogne. J’aime encore assez les volutes exhubérantes de Gehry mais on se demande si le star’chitecte était à 87 ans encore en mal de reconnaissance. Tout ce béton, cet acier, ce verre, cette épate expansive, est ce bien nécessaire ? Le temps est venu à mon avis de s’envelopper de structures plus légères. « Le lieu reflète les valeurs du groupe LVMH », a dit le guide. Nous y voilà ! C’est un musée qu’on verra à coup sûr s’étaler sur les publicités glacées des magazines. Il a été conçu pour cela.

Plus tard, G m’a invité à son cours de gym mené à un train d’enfer par un type tout en muscles qui nous appelaient « ses poussins ». La gym était du genre vigoureux et les lombaires en alerte maximum. Le lendemain matin, O m’a entrainé dans un footing sur les bords de seine : le palais royal, les jardins des tuileries, les voies sur berge, cette patine sompteuse manque à Shanghai. Et l’air frais aussi.

Je suis revenue à Nice où l’été indien exhultait J’ai revu le poète Big A qui a des lenteurs délicates d’homme vieillissant : « Tout Comme Unique » a-t-il dit à la fin de la conversation et je suis repartie avec ce bout de calembour poétique et l’éclat de son œil bleu dans un coin de ma tête.

Avant de rentrer, je me suis occupée de travailler sur la mise en scène d’Un Sac de Larmes. La pièce n’est pas très longue mais c’est un labeur éreintant. Prendre forme épuise.

affiche-sac-de-larmes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :