13 novembre, Pulsion, Election, Désolation

Tout a été dit. Que l’élection de Trump était la faute de la condescendance insultante de la gauche bienpensante, de l’aveuglement des pseudo-experts médiatiques, du ressentiment d’une classe moyenne laminée par la mondialisation, de l’aigreur du mâle blanc inquiet de sa suprémacie vacillante, de la tentation prosaïque de considèrer la nation comme une boutique et le business man enrichi comme son héros légitime, de la naiveté des rebelles du dimanche pour qui « casser le système » dans l’isoloir après déjeuner est l’acmé de l’action politique etc …. j’en oublie sans doute. Tout a été dit après le grand « Fuck You » du 9 Novembre et tout cela est juste : fossé culturel, lutte des classes, guerre des sexes, problème racial : cocktail détonnant ! Pas la peine de chercher d’autres causes à cette piteuse gueule de bois que nous-mêmes.

Pulsions

Personnellement, la violence de l’expression d’un inconcient décompléxé qui s’est exprimé au cours de cette campagne m’a secoué. Le déferlement obscène des pulsions choque. Où est donc passé le surmoi, ce filtre un peu coincé mais bien utile des passions tristes ? Le « politiquement correct » est mort mais le « parler vrai » que chacun revendique évidemment, est perçu comme une farce. Seule la toute-puissance du ressenti fait loi. Et chacun d’être indigné par la connerie de l’autre, l’arrogance donneuse de leçons d’un côté ou la vulgarité bas de plafond de l’autre, selon les camps.

Je me souviens qu’il y a quelques années, un homme avait pissé devant ma porte. Je me suis permis de lui dire de se soulager comme cela en public « ne se faisait pas », il m’avait lancé : « ta gueule, connasse, j’en avais envie ». J’étais sidérée et n’ai pu répondre. Mon jugement a été moral et rapide: Quel con ! ai je pensé. Aucun respect pour le bien public. Incivil il l’était mais je t’avoue qu’indignée,  je le trouvais indigne, c’est-à-dire dépourvu de la majesté discrète de celui qui sait se tenir. Pourtant, ce pisseur pressé était sûrement un brave type le reste du temps. Une véritable conversation citoyenne eut été d’engager la conversation sur le délicat problème du maintien de la propreté des espaces publics mais voilà, il avait la bite à l’air et le moment ne s’y prêtait pas.

Plus récemment, je recevais des jeunes candidats pour un poste de marketing et ils me disent absolument tout ce qui leur passe par la tête. Aucun filtre. Que leur rêve est de chanter ou bien de poster des vidéos sur leur blog. La plupart me demandent quelles sont les horaires de travail et les jours de congés sans s’intéresser une seconde au contenu du travail pour lequel ils postulent. Ils veulent prendre et apprendre (ce qui est légitime) mais l’idée que je puisse éventuellement leur demander de contribuer les étonne. Le boulot, cette garderie où l’on est payé pour cultiver son potentiel, ramasser du cash et peut-être devenir DJ ? Ben oui, répondent-ils ingénuement en faisant des yeux ronds.

Election

L’avènement de l’Homme pulsionnel me dérange beaucoup mais en général, j’attends que cela passe. La pulsion s’épuise vite dans l’ordinaire des jours. En revanche, l’institutionalisation de la pulsion comme moteur unique du débat politique me semble effrayante. On sait depuis longtemps que l’électeur n’est pas rationnel et qu’on n’attire pas des mouches avec du vinaigre, mais tout de même. Le discours sur des valeurs flottantes (la Grandeur, l’Identité, et autre Grande Idée du même genre) ne peut susciter que rejet ou adhésion instantanée, chacun selon son ressenti, et c’est inexcusable. Désolation.

untitled for Le Petit Chaperon Rouge, 1983

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :