10 décembre, big data

yogadogEn mai dernier, j’ai pris un abonnement dans un club de sport luxueux – la moquette y est épaisse et crémeuse comme un capucino et les shampoings sont parfumés à la lavande bio; ce club se veut a curated Wellbeing Platform that combines ancient Chinese wisdom with latest Western science. Il s’y pratique des activités éclectiques : l’Iron core pour se doter d’un corps en béton armé, la Gyrotonique pour tourner comme une girouette sans perdre le nord, et des spécialités locales, le Kungfu de Shaolin et le Taichi de Wudang. J’y pratique modérement le yoga.

Ce club m’a invité à un calibrage complet de ma petite personne. Vu mon état, pensai-je, cet examen s’annoncait comme l’ambassade d’un programme complet de coaching hors de prix pour tenter de me sauver d’un naufrage assuré. J’étais un peu alarmée, un peu sceptique et un peu curieuse aussi et j’y suis allée. Deux jeunes femmes chinoises m’ont fait passer une batterie de tests sur des machines perfectionnées. Munies d’appareils compliqués et de grilles à remplir, elles jouaient une parodie scientiste d’un air peu assuré. Bref, à la suite de ce gymkhana à la sauce « big data », le verdict est tombé, craché par la machine: j’étais beaucoup plus jeune que je n’en avais l’air, du point de vue de mes artères. A peine la trentaine, mon vieux. Elles étaient contentes pour moi mais aussi un peu décues pour leur commerce. Ce soir là, gratifiée d’un scoring à tout casser, j’ai bu sec et repris deux fois des frites. Je l’ai payé cher au cours de yoga qui a suivi, mais faut bien que jeunesse se passe.

china-laudry

Il y avait peut-être cent flics, vêtus de noir, formant deux rangs serrés quand le bulldozer a déchiqueté en trois bouchées voraces, les misérables casemates de la rue J. Le cordonnier, un petit homme perpétuellement plié en deux sur son ouvrage, le menuisier, un type robuste et tranquille se tenaient là, effarés devant les ruines de leurs commerces. Les badauds ne pipaient mot. Il n’y avait rien à faire. Ce weekend, les maçons sont venus et ont bâti en quelques heures deux maisonnettes qu’ils ont peinturlurées d’une couleur marronasse. Nettoyer les gourbis insalubres est probablement chose utile mais la démonstration de force était saisissante. On lit aussi dans le WSJ que les grandes villes chinoises sont en passe d’instaurer un système de scoring personnel qui reflètera le « civisme » des populations et décidera à terme de son accès au crédit, à l’emploi ou à l’école…Big brown data.

china_destroy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :