16 avril, petit marché des contradictions

L. a trois enfants, trois blondinets aux yeux bleus. En Chine, ce sont des rock stars. Un essaim de chinois turbulents leur fait cortège à chaque fois qu’ils mangent une glace vanille-fraise, qu’ils se baladent en petit train ou marchent simplement dans la rue. L. me montrait ses photos de son voyage à Guilin. Ses enfants ne sont pas visibles sur les clichés : on voit seulement un mur de dos chinois barrant la vue. Cet engouement ne vaut que pour les gamins blonds aux mirettes azur car le rejet du Laowai commence à se manifester plus ouvertement dans les rues de Shanghai. J’entends désormais assez souvent « Go home » à l’occasion d’un banal incident de bicyclettes. Il y a encore 15 ans, l’étranger (blanc, de préférence) était exotique et auréolé du prestige de l’opulence et de la modernité. Cette fascination d’ahuris se retourne évidemment comme un gant : on aime à détester ce que l’on a naïvement adoré. Le racisme ici ne fait pas dans la dentelle. Comme l’affirmait sans fard un chauffeur de taxi : Les noirs et les ouighours puent, les japonais sont des salauds, les américains des impérialistes, etc… Avec ses baguettes de pain gentillettes et ses parfums coûteux, le français lambda semble trop insignifiant pour être vraiment dangereux.

ban

Le nouveau racisme à la chinoise n’a pas acquis le poli d’une Marine Le Pen qui habilement a lissé les éructations suprématistes de son père. Elle parle désormais de valeurs « trop différentes » qui rendraient la diversité impossible. En bonne stratège, elle a même réussi à faire main basse sur la laïcité républicaine. Dans sa bouche, celle-ci devient le rempart des « bons intégrés ». Ce dévoiement opportuniste lui permet de ratisser très large. J’ai regardé récemment un documentaire intéressant sur les primo-votants du FN. Le slogan inaugural de tous les meetings « on est chez nous » est une véritable auberge espagnole : des antiracistes désappointés, des précaires à bout de nerfs, des couples gay, des jeunes gens anti-système….. Ces électeurs sont sincères et même sympathiques pour la plupart. Leur demande de sécurité et de protection est saisissante et la notion d’intérêt général semble avoir perdu tout son sens au profit d’une espérance privée. Seul le « péril migratoire » cimente ces vulnérabilités isolées dans leur particularisme et agit comme un totem. C’est à la fois une illusion efficace et une escroquerie. Ce « chez nous » auquel ils aspirent avec tant de ferveur, n’existe probablement sur aucune carte ; d’ailleurs, beaucoup le sentent plus ou moins clairement et à mon avis, si on se donnait la peine de leur causer un peu, il ne faudrait pas grand-chose pour qu’ils se fassent la malle.

Au final, on est assez paumé dans cette élection et la floraison d’algorithmes et autres boussoles électorales en témoigne. La fragmentation de l’offre politique oblige chacun à faire son marché. Mais je doute un peu du caractère prédictif de ces comparatifs électoraux. Au supermarché, l’achat compulsif prévaut. Aux urnes aussi.

J’ai déjà évoqué le plaisir que je prends à écouter les podcast de France Culture. C’est un plaisir teinté d’une légère culpabilité car je n’arrive pas vraiment à justifier ma propension à rester cloitrée des heures durent dans une bulle de paroles alors que dehors il fait beau et qu’il faudrait tout de même aller prendre l’air. Je crains souvent de glisser dans une ataraxie plus dépressive que méditative. En ce moment, les thématiques thérapeutiques font florès sans doute en écho du mal-être français. Toute cette énergie, cette sagesse, cette compassion à soigner les maux de l’âme est admirable et utile mais on se demande si s’attaquer à la toxicité du système qui les alimente ne devrait pas mériter un peu plus d’efforts. Mon vieux, longtemps je me suis tenue pour seule responsable de mon inaptitude au bonheur spontané, mais je m’avise que le contexte joue un rôle déterminant dans cette affaire. Voilà une raison supplémentaire de ne pas s’abstenir d’aller voter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :