27 mai, avec son potentiel

tumblr_oeyi22amLV1r7kuu3o1_1280 (1)Trois semaines que j’attendais ça : dormir de tout mon content et renouer avec le fil de mes chroniques chinoises. Mais les derniers week-ends ont été envahis de servitudes pressantes : la lecture à haute voix des aventures de Lisa devant des parterres d’enfants attentifs, l’accueil d’une escouade de cadres d’une société française en tournée chinoise et même, le temps file, l’élection d’un président !

La campagne présidentielle m’avait plongé dans l’anxiété : la haine du « banquier Macron », la « peur du migrant », l’ardeur nihiliste des pourfendeurs du « système » m’ont foutu les jetons. La dernière soirée électorale passée entre macronistes de saison, de raison ou d’adhésion m’a réconcilié avec la politique et aussi mes compatriotes. Il faut dire que nos hôtes avaient bien fait les choses. Les deux affiches des candidats surplombaient démocratiquement un buffet garni de delicatessen francaoui propre à susciter l’adhésion de tous, mélanchonistes amers et fillonistes déboutés compris. Le tee-shirt du maître de maison orné d’un « Vivement dimanche avec François Hollande » apportait une petite touche d’anachronisme moqueur qu’affectionne l’esprit français. Quelques tours de coinches plus tard, des macarons furent servis et tout le monde de s’en réjouir ! Il y avait dans notre soulagement joyeux, l’admiration que l’on porte un peu naïvement au vainqueur, épaté par un parcours incroyablement fulgurant mais aussi la crainte que la promesse cruciale de renouvellement se flétrisse et ne donne raison à ses détracteurs.

Je suis donc partie de vadrouille de Hong Kong à Beijing pour accompagner des cadres « à haut potentiel » d’un grand groupe français, dans une de ces tournées touristiques qu’adorent les grands entreprises en mal d’innovation : visite de zoos de start-up, ambassades diplomatiques auprès de quelques huiles locales, conférences de sinologues, on se « fait » la Chine en huit jours sans vraiment sortir de sa bulle. Pour ta gouverne, le cadre « à haut potentiel » est un homme ou une femme, raisonnablement intelligent, d’une apparence proprette qui diffère seulement du cadre  sans « haut potentiel » en ce qu’il est plus choyé et flatté. Le « potentiel », mon vieux, est un truc qui se décrète et se fabrique dans les départements de ressources humaines.

L’organisation d’une partie des visites m’incombait – au programme,  les mastodontes chinois de la batterie électrique, du « cloud » ou de la mobilité partagée et j’ai pu constater avec étonnement qu’aucun haut potentiel ne les connaissait. Le choc de la modernité chinoise a été rude. Nos interlocuteurs chinois se sont montrés à la hauteur de ce que l’on attendait d’eux : un pragmatisme impressionnant, mais aussi la comédie mi-sincère, mi surjouée de la frugalité et de l’harmonie «  à la chinoise ». Dans mon coin, j’admirais la manœuvre et gloussais un peu.

Tout s’est bien passé et les anicroches logistiques sont restées anecdotiques. Pour un organisateur pointilleux et inquiet, la Chine met les nerfs à rude épreuve. L’anticipation prudente est inutile. Prévoir des solutions alternatives en cas de problème est incongru. Ici, tout finit par arriver dans une sorte d’ajustement miraculeux de dernière minute. Si cette adaptation est impossible alors le fait accompli s’imposera. C’était écrit, que faire d’autre ?

Pour l’une des accompagnatrices du groupe, cette fatalité de l’incertitude était intolérable. Elle n’aura eu de cesse de pointer avec une joie mauvaise, le moindre écart de conduite: 3 minutes de retard ou 10 minutes d’avance étaient également notifiées comme des approximations blâmables. Quant à l’avenir, il était à ses yeux, voué aux déchainements de malheurs contre lesquels, dans mon imprévoyance forcément coupable, je n’avais rien prévu. Cette personne vivait uniquement dans le remords des erreurs passées et l’angoisse des ratages à venir. Une personnalité pénible, mon vieux. A son âge, on devrait avoir compris les leçons du ciel.

tumblr_onqlelAEGZ1s07c2ho1_1280

J’ai franchi un palier en langue chinoise. La chose s’est passée quand j’ai appris à exprimer le passé et le futur. Tout d’un coup, la narration devenait possible. La vieille bique dont je parlais plus haut, illustre combien le temps passé ou futur est matière à discours. Le temps présent est voué au mutisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :