Archives de Tag: Sagesse

6 novembre, l’art d’être inconstant

J’ai mes habitudes dans un boui-boui ouighur de la rue X. J’y mange des nouilles fraîches en soupe (avec émiétté viandeux et coriandre frais) ou à l’assiette (avec tomate, poivron et oeuf brouillé). L’ouverture récente d’un estaminet de woton, ces gros raviolis chinois fourrés de viande et de légumes flottant dans un bouillon clair ne […]

18 septembre, la saison des typhons

La mise sous tension est immédiate. On touche le sol lisse de Pudong airport, passe le contrôle des visas, récupère son bagage sur le tapis numéro 3 ; le tempo est encore assez glissando, on se retrouve à l’extérieur sous un ciel troué par le mitraillage des typhons. La file d’attente est rapidement purgée par l’affluence […]

11 Février, la grande semaine du blanc

L’année du Singe a commencé dans le froid, le silence et l’isolement toutes choses que les singes n’aiment pas vraiment. On avait interdit les feux d’artifice cette année pour « cause de pollution ». Quand on connait le goût chinois pour la poudre, le crépitement des pétards, le jaillissement d’arabesques multicolores sur un ciel nocturne, c’est pour […]

19 juillet, super heroes have bad days too.

Point du jour Le vol de Shanghai à Nice qui passe par Dubai forme une ligne à peine coudée tendue vers l’azur. J’ai passé une bonne partie du voyage collée au hublot à guetter la flambée du soleil. Après Dubaï,  le ciel se déchire : la lumière ricoche sur la mer et pilonne le désert. Dans l’air […]

8 juin, Madrid, capitale du découragement

Une scène vide On raconte que Beckett quand il apprit qu’il était désigné lauréat du prix Nobel de Littérature, parla de « catastrophe » et s’affligea de “la tristesse d’être compris !”La Chine aurait suffi à Beckett.  Ici, on est incompris tout le temps et le découragement qui suit est sans orgueil. La scène est vide, le rideau […]

Alibaba _1688 et les petites voleuses

   La mort et le yaourt J’ai vécu à New York pendant six mois dans ma 22ième année. Je louais une chambre chez un type portant le nom de Kenneth qui n’avait quitté Manhattan qu’une fois dans sa vie pour se rendre en Floride auprès de sa vieille mère. C’était un gars un peu bizarre, […]

26 avril, le sentiment qui suit la dispersion de l’ivresse

Quand C est partie pour Beijing après quelques jours passés à Shanghai, je me suis trouvée le temps d’une soirée aux prises avec ce sentiment morne et doux qui suit la dispersion de l’ivresse. J’ai mangé du chocolat, bu une canette de bière de la marque suntory  et regardé un nanar américain en DVD, vaguement […]